Une Nouvelle Stratégie pour Guérir du VIH/SIDA, le "Projet Zéro", Débutera en Septembre dans le Service des Maladies Infectieuses de l'Hôpital de Toulon

Des résultats récents de la recherche ouvrent la voie à une approche radicalement différente pour induire une guérison de l'infection à VIH. Cette stratégie va prochainement être testée sur des malades dans le cadre de 3 protocoles cliniques conduits par le Docteur Lafeuillade à l'hôpital de Toulon.

  • Share on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on LinkedInEmail a friend
Projet Zero

Une des molécules étudiées interfère avec le génome du VIH

Le but de ce projet révolutionnaire est d'obtenir une inactivité complète du VIH sans besoin de prendre des traitements à vie

Toulon, Var (PRWEB) 7 Juillet 2014

Une nouvelle approche thérapeutique pour l'éradication des réservoirs du VIH va être testée au Centre Hospitalier de Toulon dans le Département de Recherche en Maladies Infectieuses dont le responsable est le Docteur Alain Lafeuillade.

Les tentatives de guérison menés ces 5 dernières années aux USA, Danemark et Australie ont été un échec car ils ont pris le problème du mauvais côté: activer le VIH latent pour purger les réservoirs.

L'activation du provirus intégré a été minime dans ces essais et, de plus, n'a pas conduit à l'élimination des cellules où le VIH était réactivé du fait d'une réponse immunitaire déficiente.

L'approche défendue à l'hôpital de Toulon a pour but l'inverse: mettre le VIH en sommeil pour toujours dans le génome des patients.

Nos ancêtre primates ont connu des vagues d'infections par des rétrovirus il y a des centaines de millions d'années et les ont intégrés dans leur génome sans qu'ils ne s'expriment. Ils représentent actuellement 8% du génome humain. Le même type d'approche va être testé pour le VIH. Cette stratégie de sabotage de l'infection à VIH est celle proposée dans le "Projet Zéro" à l'initiative d'un biologiste, le Professeur Mark Wainberg de l'Université de Montréal, et d'un clinicien, le Docteur Alain Lafeuillade du Centre Hospitalier de Toulon.

Le Professeur Wainberg a démontré dans son laboratoire que l'on pouvait induire des mutations du VIH qui sont défavorables au virus et inhibent sa croissance. Plusieurs molécules ont été isolées capables de produire cet effet et seront testées dans différentes phases du "Projet Zéro". Ainsi le "Protocole Zéro" fera appel au Dolutégravir en monothérapie. La monothérapie est la situation idéale pour sélectionner des mutants viraux. Elle concernera des patients n'ayant jamais reçu de trithérapie et encore à un stade précoce de leur infection.

Le Docteur Lafeuillade présentera les détails de ces protocoles mi-septembre au congrès de Baltimore (USA) sous l'égide de l'Université du Maryland dont il est Professur Associé de Maladies Infectieuses. Sa présentation orale répond à l'invitation du Professeur Robert Gallo, découvreur du rôle du VIH dans le développement du SIDA et Directeur du Centre Intégré de Recherche appelé IHV (Institute of Human Virology).

"La persistance du VIH chez les patients traités peut être un atout et non une barrière à la guérison comme cela a été considéré jusqu'à présent" déclare le Docteur Lafeuillade. Les premiers résultats sont attendus pour fin 2015.


Contact

  • Alain Lafeuillade
    Service des Maladies Infectieuses
    +33 494234078
    Email